La voiture électrique
#46
(10-11-2018, 11:35 AM)Zed a écrit :
(10-11-2018, 10:58 AM)miniman81 a écrit : Le gain sur la pollution des automobiles serait bien plus pertinent si les transports en commun étaient développés tout en limitant le déplacement des VP. Pour cela il faut passer par des interdictions (centre ville etc), pas le choix sinon les bus et autres tram circuleront à vide.



Je crois pas avoir vu de soutient aussi fort a la politique d'Hidalgo !



Je ne connais pas précisément sa politique, et elle est très loin d etre ma tasse de Thé. W



Après il faut arrêter de tortiller. Si on écoute pas mal de "spécialistes" la situation est très inquiétante, donc si tu veux changer les choses il faut être ferme. L'histoire des vignettes crit air et des plaques paires impaires c'est du flan.



Il faut arrêter d être hypocrite et d un côté dire la pollution c'est mal on veut laisser un monde meilleur à nos enfants et de l'autre aller au taf en bagnole seul dedans comme 95% des gens qui prennent leur bagnole.



Si on veut des résultats il va falloir accepter de mettre plus de temps pour aller au taf, d avoir des horaires a respecter pour choper un bus etc. Contraintes qui selon moi vont diminuer au fur et à mesure que l'offre va se développer.
Répondre
#47
(10-11-2018, 11:53 AM)Twingomatic a écrit :
(10-11-2018, 11:26 AM)Onken a écrit : Favoriser les transports en commun OK.

Maintenant, si je dois prendre ma caisse pour aller sur le parking pour choper le bus qui me conduira à la gare.

C est augmenté le temps de transport des gens car tu as toujours une marge pour pas louper ton bus. Ca sera peut etre compenser par un trafic plus fluide en bus (si tout le monde joue le jeu).

A partir du moment ou il faut prendre la voiture on gère la pollution surtout si au lieux de faire 10km on en fait que 4 car c est à froid que la voiture pollue le plus.



Maintenant à titre perso. Si je dois prendre ma caisse pour aller sur un parking pour prendre le bus puis le train et finir à pince tout en mettant 1h quand tout se passe bien.

Avoir une caisse pour aller choper le bus donc toutes les contraintes voitures (cout, entretien assurances, stockage etc) et payer en plus un titre de transport c est la double peine.

Si en plus tu mets 1h en transport en commun alors que tu mets moins de temps en voiture porte à porte malgré les bouchons, moi choix est vite fait.



Et encore, c'est le cas favorable où tout marche sans accroc.



J'ai joué le jeu de l' "écoresponsable" pendant 30 ans.

J'habitais à moins de 10 minutes à pied d'une gare qui me permettait, moyennant 7 minutes théoriques de trajet, d'aller choper un train direct Paris.



Le matin,ce train était rarement à l'heure et avait la fâcheuse manie d'attendre en vue des quais de son terminus le passage d'un long et lent train de marchandises, ce qui pouvait porter les 7 minutes à près d'une demi-heure, permettant ainsi de rater le successeur du direct qu'on avait planifié de prendre. Ceux qui avaient des horaires stricts ont fini par abandonner et acheter une voiture pour aller à la gare de centre-ville.



Le soir, le direct avait régulièrement assez de retard pour rater le petit omnibus. Re-1/2h dans la vue minimum. Quand c'était juste, les plus proches du tunnel sous les voies couraient pour monter les premiers et retarder le départ du train de 30 secondes pour que les autres puissent suivre. Mais ça ne plaisait pas aux cheminots. Donc, quand ils voyaient le direct arriver juste à temps, ils fermaient les portes du train et allaient au bout du quai attendre le feu vert...



Et les bus ?

Il n'y en avait pas dans ma direction, vu qu'on était richement dotés d'un train.

Mais il y en avait dans les autres directions et c'était exactement pareil, aussi bien pour les retards que pour les bus qui s'empressaient de fermer les portes quand ils voyaient arriver un direct à l'horaire trop juste.



Du coup, il y avait une trimbalée de blaireau éco-irresponsables qui venaient en voiture jusqu'au centre-ville parce que la vieille poubelle dans laquelle ils s'entassaient à quatre leur permettait de ne pas se payer des retenues sur salaire pour leurs retards et de rentrer assez tôt pour voir leurs enfants avant qu'ils ne soient au lit.



J'avais le privilège de ne pas être contraint par des horaires stricts (sauf exceptions), ce qui m'a permis de développer une sagesse Zen à toute épreuve, bien aidé en cela par l'arrivée du portable qui me permettait d'appeler ma femme pour qu'elle me repêche ici ou là pour suppléer aux aléas des transports en commun.

Mais je comprends tout à fait ceux, qui lassés par des dysfonctionnements à répétition avaient jeté l'éponge.





Le soucis est là, dun côté les politiques te disent de laisser ta voiture au garage mais de lautre côté ne proposent pas de solutions de transport en commun à la hauteur.
Répondre
#48
(10-10-2018, 08:16 PM)Tib a écrit : Et sinon, toi, tu fais quoi au quotidien pour inciter nos politiques à changer ?

Je fais 5 000 km par an, mets du SP98 et ne vote pas.



Je suis convaincu que c'est aux États d'orienter les choix sociétaux afin de favoriser l'intérêt général. La mobilité en fait partie.
Répondre
#49
(10-11-2018, 10:58 AM)miniman81 a écrit : Le gain sur la pollution des automobiles serait bien plus pertinent si les transports en commun étaient développés tout en limitant le déplacement des VP. Pour cela il faut passer par des interdictions (centre ville etc), pas le choix sinon les bus et autres tram circuleront à vide.



J'utilise de plus en plus les transports en commun par contraintes depuis quelques années.

Je trouve tout ça encore bien trop lent, compliqué et coûteux.

Deux derniers exemples en date.



J'habite dans le 60, première gare après le 95. Donc j'ai le choix entre RER et TER.



Je suis allé livrer une voiture à Trappes. Grosso modo 50/60 bornes, en voiture 45 minutes le matin à 10h. Rentré en train à 14H... J'ai dû aller à la gare à pied parce que le plan des bus était imbuvable. 2 kms à pieds j'ai vite choisi, j'ai marché. Ensuite 3 changements de train et un train toutes les heures pour ma ville en journée... Bref faut pas se louper. J'ai attendu 40 minutes gare du Nord...



Lundi je suis allé au salon de l'auto. J'ai décidé d'y aller en transport pour ne pas prendre le risque de la moto sur Paris. J'avais rendez-vous à 9h30. J'ai mis 1h30 pour aller de Chambly à Porte de Versailles... Train 20 minutes de retard le matin, 2 métros... Si tu ajoute à ça l'enfer du métro bondé, le coût de 25 euros aller-retour, j'ai eu de la chance je suis arrivé gare du Nord après 17h donc là y'a un train toutes les 30 minutes... Rentré à 18h... En moto je faisais le trajet pour 10 balles en 45 minutes soit moitié moins.



Je passe les fois où le train est en retard ou celle où à 1/3 du parcours on nous a débarqué sans rien dire sur un quai pour nous annoncer 20 minutes plus tard qu'il y'avait un incendie et qu'il fallait qu'on se démerde à partir de là...



Je veux bien tout entendre sur les transports en commun mais c'est ni pratique, ni économique. Après reste les cartes navigo mais pour l'utiliser de temps en temps c'est carrément pas rentable...
Coureur de terrasses...
Répondre
#50
En moto, ça t'aurait coûté 10 balles...plus une moto.



Si t'as déjà la moto, ok, mais si tu l'achètes juste pour aller à Paris, c'est plus le même calcul
[Image: KxrXNtJ.png]  If everything feels under control you are just not driving fast enough.
Répondre
#51
Le shinkansen a eu, en 2012, 6 sec de retard tout trajet et cause de retard confondu.



Ca calme
[font="Verdana]En piste: [/font] Vidéos

Parrainage Tesla : >>> Par ici <<<
Répondre
#52
(10-11-2018, 02:11 PM)Dams a écrit : Je veux bien tout entendre sur les transports en commun mais c'est ni pratique, ni économique. Après reste les cartes navigo mais pour l'utiliser de temps en temps c'est carrément pas rentable...



Je suis entièrement d accord avec toi. Avant de nous faire chier avec la fausse bonne idée de la voiture électrique ou des taxes multiples pollution, les gouvernements doivent apporter et developper des solutions fiables de déplacement de masse déjà à l'échelle des villes.



Car c'est bien beau de mettre des taxe pollution a l'achat mais les gens se saignent et payent mais la pollution dans lair reste la même.
Répondre
#53
(10-11-2018, 02:34 PM)Onken a écrit : Le shinkansen a eu, en 2012, 6 sec de retard tout trajet et cause de retard confondu.



Ca calme



Le gros avantage du Shinkansen c'est qu'il roule à 100% sur des voie dédiées, ce n'est malheureusement pas le cas du TGV.



Perso je prend le train pour aller bosser tous les jours mais en effet les conditions n'ont rien de comparables avec un trajet en RER (que j'ai pu pratiquer aussi pleinement).
Répondre
#54
cette transformation massive des habitudes et usages ne se fera que par la contrainte des usagers (interdiction de circulation, prix prohibitif des carburants, etc...)



reste à savoir quelle contrainte poussera les états à prendre eux-mêmes ces décisions qui seront peut-être vaguement impopulaires....
No bikes, no cry...  Ph34r
#bikesdontmatter


Répondre
#55
Article très intéressant qui démontre dans un sens que vu l'investissement gigantesque investi par les industriels, les politiques ne vont pas lâcher électrique tout de suite...



ici
Répondre
#56
La guerre des batteries contre la Chine est perdue.
Bike is right.
Répondre
#57
(10-10-2018, 12:14 PM)Tib a écrit : En développant la filière électrique renouvelable (panneaux solaires, éoliennes, turbines marines, smart-grid...). En investissant, comme Renault vient de le faire, dans des "fermes électriques", pour améliorer le stockage et travailler à l'effacement des pointes de consommation. En ayant une vision stratégique à long terme, plutôt qu'une vision de rentabilité à court terme, que toi, tes actionnaires et concurrents avez depuis des décennies.



Le renouvelable hors hydro (et seulement les barrages) est une chimère en l'état actuel de l'art... L’intermittent est un gouffre à pognon qui ne solutionne rien.

On aura à terme, en France, dépensé 123 milliards d'euros de subventions (rapport C des C) pour un résultat minable, 10 EPR au prix actuel dans du panneau solaire chinois et de l'éolien étranger, 123 milliards qu'on aurait pu investir ailleurs... Et on ne parle même d'énergie destinée à faire avancer des voitures ou si peu actuellement.



Citation :

Citation :Comment trouver suffisamment de matière première rare pour faire les cellules et les chimies des batteries dans la durée ?

En ayant une vraie politique énergétique européenne.



Je ne pense pas que l'on puisse avoir une politique européenne en l'état actuel des modes de production d'énergie (surtout électrique) des différents pays.



C'est clair que si on avait mis les 123Geuros dans la recherche plutôt que de faire plaisir à qques pseudos écologistes on en serait peut-être pas là. Et si on, la France, les avait mis dans l'isolation des bâtiments, changement de mode de chauffage, trains, bus, etc... on serait encore mieux.

Je ne connais pas un voisin qui a mis du PV solaire par pure considération écologiste, si t'es écologiste dans une habitation chauffée au gaz (cas de mes exemples) tu colles du solaire thermique (chauffage, eau chaude) et remplace ta chaudière par une PAC (du moins en France).



Citation :Cher Stéphane, les déchets les plus dangereux qui sortent de tes centrales ont une durée de dangerosité pour l'Homme estimée à 100 000 ans. Et actuellement, la filière que tu représentes est :

- incapable de les recycler



Bien, en France, on avait un recycleur partiel... Mais ça c'était avant.



Citation :- incapable de proposer une solution fiable et pérenne pour les stocker en attendant que leur dangerosité ait baissé



Dixit qui ?.



D'accord avec toi sur tout le reste.



Ce qui me déprime c'est que l'on mime notre plus gros voisin alors que l'on ne part pas avec les mêmes données et donc on mime à grand coups de milliard d'euros des décisions déjà discutables chez eux et complètement aberrantes chez nous.

A l'heure ou j'écris ces lignes, la prod électrique Allemande c'est 384g de CO2/kWh dont 38% de charbon (particules & co), 7% de gaz, la France c'est 69g de CO2/kWh (et on produit 2% de l'elec Allemande)... et niveau CO2, rouler en 508 blueHdi 180 en Pologne et presque aussi écolo que rouler en Tesla model 3 (à 60g de CO2 sur 100km), plus écolo si tu considères le bilan carbone complet (production des batteries).
Répondre
#58
Tiens, c'est intéressant ça ! T'as pas 3-4 chiffres pour alimenter le truc ?
[Image: KxrXNtJ.png]  If everything feels under control you are just not driving fast enough.
Répondre
#59
Comme d'habitude, il suffit de prendre 5 minutes, de faire l'effort de 3 clics sur Google et de consulter le rapport d'activité de l'ANDRA, page 37, pour se rendre compte que :



(10-13-2018, 12:20 AM)Twingomatic a écrit : Les déchets sont classés suivant leur dangerosité et leur durée de demi-vie. Ça fait donc 4 catégories.

C'est vrai.



(10-13-2018, 12:20 AM)Twingomatic a écrit : Ce qui est particulier à la France, c'est que le gros des déchets (80% de mémoire) à forte radioactivité et longue durée de demi-vie vient de l'activité... militaire.


C'est faux :

- sur la masse totale des matières radioactives répertoriées en France, 98,3% proviennent des centrales nucléaires, 0,04% du secteur militaire

- sur la masse des déchets nucléaires les plus dangereux (catégorie HA, pour "Haute Activité"), 89,2% proviennent des centrales, 6,4% de la défense, 4,4% de la recherche, 0% du médical ; si l'on ajoute les déchets MA-VL (Moyenne Activité - Vie Longue), la part des déchets issus de la défense atteint 13,5% du total des déchets, et non 80%

- sur la masse totale des déchets nucléaires stockés en France, toutes catégories (dangerosité / période d'activité) confondues, les centrales pèsent 58,8%, la recherche 27,7%, la défense 9,4%





(10-13-2018, 12:20 AM)Twingomatic a écrit : Pour donner une idée, le total de ces déchets très délicats représente un cube de 7 mètres de côté. (c'est une image, bien sûr, car on aurait certainement vitrifié une bonne partie de la planète avant d'avoir fini des les compacter ensemble...).

Pas tout à fait. Le volume total de matières hautement radioactivité, à durée de radiation supérieure à 100 000 ans, était de 3 643 m3 au 31/12/2016, soit un volume qui (selon mes calculs de bac littéraire) ne tient pas dans un carré de 7 mètres de côté (mais plutôt 15,4) ; c'est l'équivalent d'une piscine olympique profonde de 3 mètres. Si l'on ajoute les déchets de la catégorie "inférieure (moyenne activité, vie longue), le volume est de 48 543 m3 (la taille du carré de stockage passe donc à 36 mètres, soient environ 13 piscines olympiques).



(10-13-2018, 12:20 AM)Twingomatic a écrit : Et une part non ridicule des déchets vient du domaine médical.

C'est vrai. Au total, 8 500 m3 de déchets nucléaires médicaux étaient répertoriés en France au 31/12/2016, dont l'immense majorité (98,9%) constituée de déchets de catégorie FMA-VC (faible à moyenne activité, vie courte), soit des déchets à faible dangerosité.



(10-13-2018, 12:20 AM)Twingomatic a écrit : Il faut donc faire la part de ce qui est réellement lié à l'activité des centrales à fission nucléaire (qui ne doivent évidemment pas être vues comme une solution de très long terme, mais que rien ne peut remplacer efficacement avant plusieurs décennies).



Effectivement, je viens de le faire, et j'en retiens que les centrales sont à l'origine de :

- 58,8% du total des déchets radioactifs en France

- 89% des déchets les plus dangereux
Bike is right.
Répondre
#60
(10-12-2018, 06:18 PM)GPH a écrit :
(10-10-2018, 12:14 PM)Tib a écrit : - incapable de proposer une solution fiable et pérenne pour les stocker en attendant que leur dangerosité ait baissé

Dixit qui ?

Dixit l'ANRA encore une fois, dans son rapport annuel d'activité 2016, page 15 : dans le tableau de classification des déchets et des filières de gestion associées, pour les déchets les plus dangereux (catégorie HA), le rapport indique "stockage profond en projet". J'interprète (peut-être à tort) que le "en projet" laisse supposer qu'aucune solution concrète et aboutie n'est actuellement disponible.





Bike is right.
Répondre


Atteindre :